Journal 1906-1916 (fragments)

Léa Ernault
1906-1916 (fragments)
Préface : Jean-Marie Nicolas
Notes et annexes : Jean-Marie Nicolas et Éric Nicolas
189 pages
Hors-commerce

Catégories : ,

Description

Nous découvrons Léa Ernault, le 12 juillet 1900: elle a dix-neuf ans. Fille d’un professeur de faculté, elle vit à Poitiers dans une famille de la petite bourgeoisie provinciale. Sa vie est ponctuée par les réceptions, les visites, les promenades dans le parc de la ville, le parc Blossac, les vacances… Elle écrit tout cela, quotidiennement dans un journal. Et ce qui va nous sembler banal, ce qui revient chaque jour, n’est pas du tout vécu par Léa comme routine. Au fil de notre lecture nous ressentons son plaisir de l’attente des moments qui ponctuent les journées d’une jeune fille de ce milieu et de cette époque.
Ce journal n’est pas le lieu où elle va faire des confidences, craint-elle de se dévoiler? C’est tout simplement le réservoir de ses futurs souvenirs. Quelques jours avant son mariage elle écrira:
«Dois-je continuer mon journal après? On dit qu’il n’y a que les jeunes filles et non les jeunes femmes qui écrivent leur journal. Enfin je serai heureuse de pouvoir relire jour par jour toute ma vie.»
Pour nous, plus de cent ans après, baignant dans la nouveauté permanente et le culte de l’instant, il est difficile d’imaginer que cette ritualisation de la vie poussée à l’extrême était un des fondements de son bonheur. Ce témoignage sauvé de l’oubli est devenu pour ses descendants un véritable trésor. Il fait que la place fugace qu’ occupait Léa dans les souvenirs de sa famille jusqu’ alors, devient plus importante, comme si elle se mettait à revivre.